Pape François: “AUJOURD’HUI L’ÉGLISE DOIT GRANDIR EN DISCERNEMENT”. Une rencontre privée avec quelques jésuites polonais

tumblr_ocmn1jp2zg1qz6bc9o1_1280Au cours de son voyage apostolique en Pologne à l’occasion de la 31e Journée mondiale de la jeunesse, le 30 Juillet, 2016, premières vêpres de saint Ignace de Loyola- à 17 heures, François a rencontré un groupe de 28 jésuites polonais qui sont membres des deux Provinces de la Compagnie de Jésus du pays et deux collaborateurs laïcs, accompagnés par les deux pères provinciaux : les pères Tomasz Ortman et Jakub Kolacz. Présents aussi à la réunion étaient trois autres jésuites: p. Andrzej Majewski, directeur des programmes à la Radio Vatican, p. Federico Lombardi, à l’époque directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, et p. Antonio Spadaro, rédacteur en chef de La Civiltà Cattolica. La rencontre a eu lieu à l’archevêché de Cracovie, dans un climat d’une grande simplicité, spontanéité et cordialité, et même si elle n’a pas été dépourvue de contenu significatif à l’Ordre, il a également tenu une signification pour l’Église en général. Francis a salué toutes les personnes présentes, un par un, et il se concentre sur en particulier ceux qu’il avait connu dans le passé. Quand il était assis et a commencé le dialogue, l’écoute des questions posées et de répondre en italien, le P. Kolacz Ses paroles traduit en polonais, même si la majorité des personnes présentes a bien compris l’italien. Puis le Pontife a reçu des cadeaux. Avant de conclure la rencontre, d’une durée totale de 40 minutes, le Pape a voulu ajouter une recommandation facilement compréhensible dans le cadre de sa récente Magistère. Avec l’approbation du Saint-Père, nous rapportons ici le dialogue, dans son immédiateté, tout comme il est arrivé, même en conservant quelques souvenirs personnels. Il est conçu comme un témoignage qui, comme vous le lirez vous-même rassemble quelques impressions de l’expérience du Pontife avec les jeunes des JMJ et fournit également des lignes pastorales significatives.

Antonio Spadaro S.J.

Votre message est au cœur des jeunes. Comment parlez-vous à eux avec tant d’efficacité ? Pourriez-vous nous donner quelques conseils pour notre travail avec les jeunes?
Quand je parle, je dois regarder les gens dans les yeux. Il est impossible de regarder dans les yeux de chacun d’eux, mais je regarde dans les yeux de celui-ci, de celui-ci, de celui-ci … et tout le monde se sent que je les regarde. Il est quelque chose qui me vient spontanément. Voici comment je le fais avec les jeunes. Mais, les jeunes, Quand vous parlez avec eux, poser des questions … . Aujourd’hui au déjeuner, ils ont posé quelques questions … .Ils m’ont même demandé comment je me confesse! Ils n’ont pas le pouvoir discrétionnaire. Ils posent des questions directes. Et vous avez toujours besoin de répondre à une jeune personne avec la vérité. Un jeune homme m’a demandé: “Comment tu confesses?”. Et je commençais à parler de moi. Il m’a dit: «Dans mon pays, il y avait des scandales liés aux prêtres et nous n’avons pas le courage de nous confesser avec ces prêtres qui ont vécu ces scandales. Je ne peux pas le faire.”. Vous voyez: ils vous disent la vérité, parfois ils vous réprimandent … Les jeunes parlent directement. Ils veulent la vérité ou au moins la clarté.  «Je ne sais pas comment vous répondre». Vous ne trouverez jamais subterfuges avec les jeunes. Donc, avec la prière. Ils me demandaient: «Comment priez-vous?». Si vous répondez à une théorie, ils restent déçus. Les jeunes sont généreux. Mais le travail avec eux exige aussi de la patience, beaucoup de patience. L’un d’eux m’a demandé aujourd’hui: «Que dois-je dire à un ami qui ne croit pas en Dieu afin qu’il puisse devenir un croyant?». Ici, vous voyez que, parfois, les jeunes demandent «recettes». Ensuite, vous devez être prêts à corriger cette attitude qui exige des recettes et des réponses toutes prêtes. Je répondis: «Voyez que la dernière chose que vous devez faire est de dire quelque chose. Commencer à faire quelque chose. Puis il ou elle vous demandera des explications sur la façon dont vous vivez et pourquoi ». Ici, vous devez être direct, directement avec la vérité.

Quel est le rôle des universités jésuites?

Une université comme une ligne droite des jésuites doit pointer vers une formation globale, non seulement intellectuelle, une formation de toute la personne humaine. En fait, si l’université devient tout simplement une académie d’idées ou d’une «usine» de professionnels ou d’une mentalité centrée sur des affaires qui prévaut dans sa structure, alors il est vraiment hors des sentiers. Nous avons les Exercices à la main. Voici le défi: prendre l’université sur le chemin des Exercices. Cela signifie risquer sur la vérité, et non pas sur la «vérité fermée,” Que personne ne discute. La vérité de la rencontre avec les gens est ouverte et exige que nous nous laissons vraiment faire des enquêtes de la réalité. Et l’université jésuite doit être impliqué dans la vie réelle de l’Église et la Nation: aussi cette réalité est, en fait.

Une attention particulière doit être toujours accordée aux marginalisés, à la défense de ceux-ci ont plus besoin d’être protégés. Et cela est clair-it-est de ne pas communiste: il est tout simplement être vraiment impliqué avec la réalité. Dans ce cas, notamment une université jésuite doit être pleinement associé à la réalité l’expression de la pensée sociale de l’Eglise. La pensée du marché libre qui enlève l’homme et la femme du centre et met l’argent au centre n’est pas la nôtre. La doctrine de l’Eglise est claire et elle doit aller de l’avant dans ce sens.
Pourquoi êtes-vous devenu un jésuite?
Quand je suis entré au séminaire, je l’ai déjà eu une vocation religieuse. Mais à ce moment-là mon confesseur était anti-jésuite. J’ai aussi aimé les Dominicains et leur vie intellectuelle. Ensuite, je suis tombé malade et j’ai dû subir une chirurgie pulmonaire. Plus tard, un autre prêtre m’a aidé spirituellement. Je me souviens que lorsque j’ai dit au premier prêtre que j’étais entré chez les jésuites, il ne l’a pas bien reçu cette nouvelle. Mais ici, l’ironie du Seigneur s’est fait voir. En fait, à ce moment-là, ils recevaient les Ordres mineures. La tonsure s’est fait dans la première année de théologie. Le recteur m’a dit d’aller à Buenos Aires à l’évêque auxiliaire, Mgr. Oscar Villena, qui faisait la cérémonie de tonsure. Je suis allé à la Maison du Clergé, mais on m’a dit que Mons. Villena était malade. Il était à sa place un autre monseigneur qui était précisément ce premier prêtre qui avait alors devenu évêque! Et je reçu la tonsure précisement de lui! Et nous avons fait la paix après plusieurs années …. Mais, oui, je peux dire, mon choix de la Société a mûri par lui-même …

Il y a quelques prêtres récemment ordonnés dans ce groupe. Avez-vous des conseils pour leur avenir?

Vous savez: l’avenir est de Dieu. Le plus que nous pouvons faire est faisable. Et le possible sont tous du mauvais esprit! Un conseil: le sacerdoce est vraiment une grande grâce: votre sacerdoce comme un jésuite est trempé dans la spiritualité que vous avez vécu jusqu’à présent: la spiritualité du Suscipe de saint Ignace.

[A ce moment la rencontre semble être terminé jusqu’à la présentation au Pontife des dons de quelques jésuites qui ont suivi certains jeunes connectés à la spiritualité ignatienne qui sont venus de partout dans le monde pour les JMJ. François veut ensuite ajouter une recommandation et tout le monde s’assoit de nouveau.]

Je veux ajouter quelque chose maintenant. Je vous demande de travailler avec les séminaristes. Par-dessus tout, leur donner ce que vous avez reçu des Exercices: la sagesse du discernement. L’Église a besoin aujourd’hui de grandir dans la capacité de discernement spirituel. Certains programmes de formation sacerdotale courrent le risque de l’éducation à la lumière des idées trop claires et distinctes, et donc d’agir dans des limites et des critères qui sont rigidement définies a priori, et en septembre que les situations de côté concrètes “vous devez faire cela, vous ne devez pas faire …”. Et puis les séminaristes, quand ils deviennent prêtres, se trouvent en difficulté à accompagner la vie de tant de jeunes et d’adultes. Parce que beaucoup se demandent: «Pouvez-vous faire ceci ou pouvez-vous pas?”. Voilà tout. Et beaucoup de gens sont décus lorsqu’ils quittent la confession. Parce que le prêtre n’est pas mal, mais parce que le prêtre n’a pas la capacité de discerner les situations, de les accompagner dans le discernement authentique. Ils ne possèdent pas la formation nécessaire. Aujourd’hui, l’Eglise a besoin de grandir dans le discernement, dans la capacité à discerner. Et surtout les prêtres ont vraiment besoin pour leur ministère. Ceci est la raison pour laquelle nous devons enseigner aux séminaristes et prêtres en formation: ils sont ceux habituellement en qui on se confie, et ceux qui recoivent les confidences de la conscience des fidèles. La direction spirituelle n’est pas seulement un charisme sacerdotale, mais aussi un charisme laïc, c’est vrai. Mais, je le répète, vous devez enseigner ceci surtout aux prêtres, en les aidant à la lumière des Exercices sur la dynamique du discernement pastoral, qui respecte la loi mais il sait comment aller au-delà. Ceci est une tâche importante pour la Société. Une pensée du P. Hugo Rahner m’a souvent frappé. Il a écrit clairement et il a pesé clairement. Hugo a dit que le jésuite doit être un homme avec le nez pour le surnaturel ; qu’il doit être un homme doué d’un sens du divin et du diabolique liés aux événements de la vie humaine et de l’histoire. Le jésuite doit donc être capable de discerner dans la domaine de Dieu et dans la domaine du diable. Voilà pourquoi dans les Exercises, saint Ignace demande d’être introduit aux intentions du Seigneur de la vie et à ceux de l’ennemi de la nature humaine et à ses mensonges. Ce qu’il a écrit est audacieux, il est vraiment audacieux, mais le discernement est précisément cela! Nous avons besoin de former les futurs prêtres non aux idées générales et abstraites, qui sont claires et distinctes, mais à ce vif discernement des esprits afin qu’ils puissent aider les gens dans le concret de leurs vies. Nous devons vraiment comprendre ceci: dans la vie pas tout est noir sur blanc ou blanc sur noir. Non! Les nuances de gris prédominent dans la vie. Nous devons leur apprendre à discerner dans cette zone grise.

[La rencontre prend fin ici avant tout par la nécessité de poursuivre le programme de la journée porté à l’attention du Saint-Père par ses collaborateurs. Avant de prendre congé, cependant, Francis voulait une fois de plus saluer les jésuites une par une concluant avec une bénédiction finale.]

*** Le texte original est publié ici par la revue La Civiltà Cattolica: http://www.laciviltacattolica.it/it/quaderni/articolo/3867/oggi-la-chiesa-ha-bisogno-di-crescere-nel-discernimento-un-incontro-privato-con-alcuni-gesuiti-polacchi-/

tumblr_ocmn1jp2zg1qz6bc9o2_400